jeudi 31 mars 2011

Claude Guéant chevalier de la table ronde

Aujourd’hui, je voulais exprimer mon soulagement et ma gratitude envers notre président de la République (très fin stratège politique). Après le départ d’Eric Besson du ministère de l’identité nationale (n’est-ce pas ?), celui de Brice Hortefeux du ministère de l’intérieur, oui je l’avoue, j’ai eu peur que ce gouvernement perde de la poigne envers les Auvergnats qui ne correspondent pas du tout au prototype, peur du retour des voleurs de poules, ou même de ceux qui refusent de participer (quels rabat-joies) aux apéros saucisson-pinard du meilleur goût.

Mais je suis bien et rassuré maintenant, car notre nouveau ministre (il a 66 ans) de l’Intérieur, j’ai nommé l’homme de paix et de maintien de l’ordre social Claude Guéant, a très largement supplanté ces prédécesseurs, et cela en moins d’un mois, réussissant même a réussir là où tous les autres ont échoué : gagner la carte Prestige du Front National qui vous donne droit à des réductions sur des produits estampillés « made in IIIème Reich », à des voyages gratuits dans les plus beaux camps de concentration du monde, et last but not least à avoir le privilège à votre mort de vous endormir paisiblement aux côtés des grands hommes qui ont marqué l’histoire du totalitarisme. 

Notre glorieux vainqueur a écrasé la concurrence sur place en prononçant ses paroles empreintes d’un réel humanisme : « Les Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux ». Bravo, à toi digne représentant d’un mouvement populaire proche des Français. 

Mais après une telle récompense, on pense surtout à toute sa famille politique qui s’est évertuée durant ces dernières années à monter les Français les uns contre les autres. Il est d’ailleurs étonnant qu’en réponse à toute cette politique, on ne se heurte qu’à l’irrespect et au dédain. Quelle bande d’ingrats ! Après tout ce que vous n’avez pas fait pour eux, vous traiter de cette manière… Et si jamais par bonheur, il y avait de nouvelles émeutes, quelle joie cela serait de remettre sur la table une nouvelle fois le sujet de l’insécurité pour masquer les problèmes qui en valent vraiment la peine comme l’éducation, la santé, la justice, l’environnement, la recherche, l’économie, la culture mais c’est rien et puis en y réfléchissant c’est secondaire (surtout en pensant à tous ces branleurs ivrognes qui crèvent de faim et de froid dans la rue ou en pensant à toute cette masse de gens qui vivent dans des appartements luxueux et spacieux  de 10 m2 remplis de moisissures).

Non mais le débat fondamental aujourd’hui, c’est l’Islam, sujet principal de toutes les discussions à chaque repas de famille, c’est bien connu, arrivant toujours généralement avant le dessert et après quelques verres de litres de rouge. Un sujet utile, pacificateur, purgatoire même, un peu comme un bon digestif, pour lequel il est de bon ton de partir en croisade, n’est ce pas ? Petit détail de l’histoire : il y a un siècle, c’étaient les Italiens, les Espagnols, et les Polonais qui étaient montrés du doigt et discriminés. Maintenant on ne les voit même plus comme des étrangers. Vous allez me dire, à chaque époque sa discrimination. C’est oublier que pendant la seconde guerre mondiale, 90% des Français étaient collabos et que 10% étaient soit déporté soit résistant. Et puis, à la libération, la magie s’opère et 90% des gens se retrouvent du jour au lendemain, résistants, contre 10% de collabos. En espérant qu’on ait évolué depuis ce temps là… ou pas.


Car au XXIème siècle, l’intégrisme et le populisme sont toujours omniprésents en politique. On continue à créer des ghettos, fermer les yeux sur la corruption de certains, favoriser au maximum la magouille, accuser les autres pour ne pas s’accuser soi-même. Et tout ça jusqu’à quand ? Jusqu’à ce que 80% des votants n’aillent même plus voter par dégoût de l’hypocrisie d’un pouvoir qui ne défend même plus des valeurs universelles et humanistes ? Vive la démocratie !

Jouer avec les peurs des gens, c’est jouer avec le feu et prendre le risque qu’à force de trop crier au loup, on ne croit plus du tout que le loup puisse arriver. Les gestes et les mots ont un sens quand on est RES-PON-SA-BLE politique. Pardonnez leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ? Arriver à un tel point de lâcheté et de manque d’honneur, c’est risquer l’internement psychiatrique. Et pendant ce temps, de plus en plus de Français logent dans la rue, perdent leur boulot, les inégalités se creusant, ils n’ont plus de repères. Et face à ça le problème c’est l’immigration ? C’est oublier que rejeter le problème sur un groupe d’individus ne fait grandir personne humainement. Le vrai problème, c’est bien l’incompétence voire même l’inaction depuis 40 ans (tout parti politique confondu) de nos politiciens actuels. Et il est grand temps que cela change, car la coupe commence à être pleine.

Regardez ce qui s’est passé dans des nations soit disant moins civilisées et soit disant intégristes. Des millions de personnes ont mis à bas sans violence et de manière pacifique, des régimes liberticides. Maintenant regardons nous.
Il est marrant de voir que lors de notre propre révolution, nous avons massacré sous le régime de la Terreur et de l’Empire des dizaines de milliers de personnes. Il est d’autant plus marrant de savoir que nous avons soutenu jusqu’à leur chute les dictateurs de cette planète (et le pire c’est que nous continuons à nous prostituer encore aujourd’hui). Et il est encore plus marrant de s’apercevoir que les membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU sont les principaux trafiquants d’armes au monde. 

La moralité de tout ça ? Il n'y en a aucune. Après tout, ces politiciens, qu’on les remette dans des bateaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire