mardi 25 janvier 2011

Breaking the wall !

Aujourd'hui, nous vivons dans une société de plus en plus urbaine, dynamique mais polluée, parfois agressive, qui nous amène à réfléchir sur ce que nous sommes et sur la trace que nous allons laisser sur Terre après notre passage.

C'est dans ce contexte qui peut paraître sombre qu'est né le street art. Je ne parle évidemment pas de ces signatures graphiques laissées un peu partout polluant les murs et qui n'ont rien d'esthétiques. Je parle de ce courant artistique qui est né début des années 80 dans les entrailles de la mégalopole new-yorkaise. Le street art est avant tout un acte militant puisque sa dimension ludique et décomplexée lui permet d'être un outil de transformation sociale et politique. Le but est de s'opposer aux diktats de la vie quotidienne à travers un discours environnementaliste et anti-capitaliste tout en capitalisant l'espace urbain.



Véritable forme de contestation de l'ordre pré-établi par sa forme souvent illégale et interdite, l'art urbain brise les carcans sociaux en partageant à tous les citadins un message. Les principaux leaders de ce courant sont Banksy et Jr, mais aussi Alexandre Orion, Anna Graforth, Leon Reid The 4th, Michael De Feo, Skullphone, Evol, Judith Supine, Cutup Collective, Laura Keeble, Dan Witz, et Roadsworth.

C'est pour redynamiser cet art que 103 artistes du monde entier sont allés investir les murs d'une rame de métro désaffectée depuis des lustres en plein cœur de New York. Peu de chance que vous ayez l'occasion d'admirer ce projet underground puisque fermé au public (à moins d'être explorateur urbain à ses heures perdues). Nom de cette exposition unique en son genre ? The Underbelly Project (site internet  lancé d'ici peu à cette adresse --> http://www.theunderbellyproject.com )



Un résultat révolutionnaire, bien loin des expositions classiques et de leurs vernissages pompeux, une manière pour l'artiste de se réapproprier la ville afin de la rendre moins austère et froide. Une manière comme une autre de briser la monotonie d'une existence en colorant de manière énergique les murs de la pensée humaine.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire